Archives du mot-clé avignon

« Kodhja » en Avignon !

Il y a des cadeaux de plein été…
C’est ici, il y a presque 20 ans que j’apprenais ma première publication…

Là, avec Régis Lejonc, nous serons le 24 juillet prochain au Théâtre L’Isle 80 d’Avignon à 16h45 pour notre lecture dessinée de « Kodhja » (Ed.Thierry Magnier).

Merci à Hélène Delbart de savoir si bien faire le lien entre les émotions.
Merci pour cette belle opportunité.

Et comme deux joies valent mieux qu’une…
Nous ferons cette lecture dessinée pour le « Bal à Lire » des ami(es) Nomades de l’association « Grains de Lire », le 27 juillet 2017.

Il y aura, pour l’occasion des ateliers d’écritures, photos, slam… et un concert de d’HK et ses musiciens à l’Akwaba, Chateauneuf de Gadagne.

Après, ce sera le temps des vacances et je vous souhaite de grands sourires.

 

Réservations :
Association Grains de lire : balalire2017gmail.com
06 20 22 26 91

Il y a des mercis qu’on voudrait envoyer en pagaille

Alors voilà…
Il y a des mercis qu’on voudrait envoyer en pagaille.
ceux après ce soir de grands frissons…

Je les avais rencontrés en janvier.
Sous la belle idée de Cécile Moulain, documentaliste au collège Europa de Montélimar.
Ils n’aimaient pas lire, pas trop…
Pourtant avaient tellement de choses à dire sur « Mi-ange,mi-démon »…
Une rencontre de courte durée, mais bien tous autour de la même table.

Et puis il y a eu la folle « tournée nomade »….
celle d’Hélène Delbart, Catherine et toute l’équipe.
Un soir, à la librairie l’eau vive où l’on retrouve Madeline Roth
Et bien plantés dans leurs sourires ….
Les ados de Janvier…

La surprise immense de les voir là !
Pour un cadeau d’une force qu’ils ne pouvaient pas mesurer…
Pour leur plaisir de faire plaisir…
Ils ont lu des textes de Cathy Ytak, de Joanna Concejo, de nous tous,
En prenant sur eux de ne pas trembler, pas trop…
Et c’était juste parfait.

Jusque dans les mains de Cécile M qui a signé le début de nos romans…

Alors merci de savoir aller aussi loin et de nous y emporter.
Tous, ados ou adultes…
Ceux qui savent donner une vie à nos histoires…

Thomas Scotto.

avignon
(photo, librairie de l’Eau vive, Avignon)

Et ces adolescents aussi ont écrit sur cette rencontre… Et leurs mots sont précieux. En voici quelques extraits :

« On a découvert que lire c’était bien. On arrive mieux à s’exprimer.

[…] Lire, on ne savait pas. Je ne suis jamais allée dans une librairie toucher un livre. Encore moins lire seule chez moi. Maintenant, j’en suis capable. Je lis des livres. Des gros, même pas peur. Grâce à Madame M. qui nous a donné envie. Vous avez tellement bien  partagé votre passion pour la lecture, les textes que vous aimez que vous nous avez lu à voix haute, que vous nous avez vraiment donné l’envie de lire.

[…] C’était plus un livre mais une histoire. On a aimé les histoires.

Et puis il y a eu Thomas Scotto qui nous a raconté ce qu’il faisait. Comment c’était d’écrire. Ce que ça lui faisait à lui ça nous a fait des frissons de l’entendre. C’est comme entrer dans un autre monde.

Quand je  touche un livre maintenant, je me dis Wahou ! Il y a un truc, il y a quelque chose là dedans, une

Nous les ados, à vrai dire on s’en fout. Mais depuis qu’il nous a dit toute la recherche qu’il y a dedans, ça nous a parlé. Il nous a communiqué sa passion. Depuis, on sait qu’il y a de la vie dedans. J’aurais rigolé si vous m’aviez dit qu’on penserait ça, que je lirai des livres en entier. […]

Alors à Avignon dans la librairie, au milieu des gens qu’on ne connaissait pas, quand on a lu, on était comme sur un pied d’estrade. On s’est senti écouté. Il y avait le respect et l’intention et l’attention. Ça fait plaisir. […] J’avais si peur mais en les regardant, j’ai vu l’émotion, des étoiles dans les yeux. Ça m’a redonné confiance quand j’ai paniqué. J’ai pu continuer à lire portée dans les yeux des gens.

[…] Thomas S., qu’est-ce qu’il lit bien ! On ne peut pas ne rien sentir. C’est comme s’il racontait sa vie, comme s’il parlait à voix haute, sans lire ni l’avoir écrit. On le vit en direct. Il donne vie au livre. C’est lui. C’est un peu comme du théâtre, on voit les choses. On rit. On sent les émotions.

Cathy Y. c’est doux. Elle nous laisse le temps de prendre l’image dans notre tête. On l’entend dedans comme dans un rêve. Elle nous met dans un univers, une ambiance délicate et calme, caressante.

Nous sommes heureux de cette expérience. Ça nous a changés. Le livre, ce n’est pas que le livre. C’est la personne qui l’écrit. C’est la personne qui le lit.

Merci de nous avoir invités. Merci de nous avoir écoutés. Merci d’avoir écrit ces textes qui nous ont fait vivre ça.
Le 27 mai 2013,
Alexandre, Clémentine, Jade, Laura, Manon, Marine, Mélinda, Noémie.