Archives du mot-clé Gingolph Gateau

Rendez-vous n’importe où… à Sainte-Savine, le 23 mars 2019

Aux alentours de 2004, Gingolph Gateau créait, avec Bérangère Lamy,
la version théâtrale de « Rendez-vous n’importe où »
Ils seront à nouveau deux sur scène les 22 et 23 mars pour le Festival Cours z’y vite
de Sainte-Savine (près de Troyes, dans l’Aube).

Monsieur dans son pantalon vert et son écharpe rouge… vraiment rouge
Madam’zelle dans une robe de lundi en flocon de neige…

Il y aura de l’attente amoureuse, des objets qui se transforment, la petite musique de nos étonnements.
Et les livres de nouveau disponibles…

« Madam’zelle,
Rendez-vous lundi en neige quand il fera tout blanc.
Je serai debout devant la fontaine gelée.
Très facile à reconnaître avec mon écharpe rouge
vraiment rouge.
PS : Je vous jure que c’est très sérieux cette lettre.

Monsieur,
Pour le lundi des flocons, je crois que c’est très possible.
Je n’ai pas beaucoup de choses à faire
dans mes feuilles de rendez-vous. Recto verso…
enfin, pas trop de choses aussi sérieuses que vous.
Oui, c’est d’accord.
Ps : Je vous reconnaîtrai, c’est sûr.  »

Je serai aux deux représentations.
Parce qu’il ne faut pas bouder son plaisir et les jolies retrouvailles.

PS : sans le savoir… tous deux m’ont inspiré, longtemps après, « Comme un sourire qui flotte » aux Editions du Pourquoi Pas.

Ps (bis) : venez nombreux !

« Rendez-vous n’importe où », par la Cie Gingolph Gateau
Le samedi 23 mars à 11 heures
pour tout public à partir de 6 ans
à l’institut Chanteloup, 11 Rue de Chanteloup,
10300 Sainte-Savine

Durée 40 minutes.
Tarif : 10 €. Tarif Réduit : 5€
Résa / infos : 03.10.72.02.79
lartdeco@ste-savine.fr

(séance pour les scolaires, le vendredi 22 mars).

Une lecture à Roussillon

Je retrouve les mots de Cathy Ytak pour une soirée à Roussillon…
« 50 minutes avec toi » au creux du mois de mars…
Et toujours cette certitude d’être touché par la précision de l’écriture,
la dureté du propos, la délicatesse des moments partagés pour avancer et l’incroyable force du personnage à se tenir debout.

12mars14
Une chance de couleur supplémentaire :
Cette lecture se fera en présence de son auteure.
Alors venez nombreux…
on ne devrait jamais hésiter à se laisser trembler un peu.

Organisé par l’association Grain de Lire
Scénographie de Gingolph Gateau.

Soir de lecture à Luçon

Le 10 octobre 2013, à la médiathèque de Luçon,

à 20 h 30.

Une soirée d’inauguration, pour une résidence, c’est un peu le premier pas du voyage. Il y a les amis, la famille, d’autres personnes pour faire connaissance.

J’ai proposé, pour ce moment-là, une lecture théâtralisée.
Et les bibliothécaires ont dit « oui ».
Elles ont dit : oui !
C’est dire si elles ont confiance… !

Une lecture théâtralisée.
Pas n’importe laquelle, bien sûr…

J’aime l’écriture de Cathy Ytak, ce n’est plus un secret pour personne.
Ses engagements, sa précision, la violence sourde, parfois, entre les lignes, son regard affûté sur l’être humain. Une écriture où la vie remporte toujours le combat.
Ce n’est plus un secret pour personne, non plus : nous écrivons parfois ensemble ! Nous avons trouvé ce terrain-là, de partage. Un terrain vague (mais joli) que nos propres univers viennent enrichir.

Pas n’importe quelle lecture, bien sûr…
Un texte audacieux, des mots qui ne trichent pas, qui bousculent sans aucun doute mais avec tellement de justesse.
Un texte pour grands adolescents et adultes.

25sept13

50 minutes avec toi, de Cathy Ytak

« Les secondes s’égrènent et t’es toujours là, devant moi, immobile.
Moi aussi je suis immobile, mais vivant. Je ne respire pas très bien. Mon souffle est haché, emprisonné. Je ne ressens rien.
Je ne sais pas combien de minutes il va falloir que j’attende avant d’être sûr, vraiment sûr que t’es mort. J’ai presque envie de dire : crevé, mais j’ose pas. Mort, c’est mieux, c’est normal. Crevé, on dit ça d’un chien. » […]

Le père s’écroule à ses pieds. Le fils n’appelle pas les secours.
Au lieu de cela, il s’adresse à ce père violent.
Un monologue qui parle de maltraitance, d’homophobie, mais aussi d’amour et de résilience.
Pour l’espace scénique, j’ai demandé à quelqu’un dont je connais bien la sensibilité, et avec qui j’ai souvent eu la chance de partager des projets…  Gingolph Gateau.
Pour plonger les paupières grandes ouvertes dans le coin de son cerveau, la porte dérobée de son blog est… là.
Lecture de Thomas Scotto.
Texte de Cathy Ytak, éditions Actes Sud, coll « D’une seule voix ».
Scénographie de Gingolph Gateau.

Jeudi 10 octobre 2013,  à 20 h 30.
Médiathèque Intercomunale Pierre Menanteau
3 rue adjudant Barrois
85400 Luçon.
Tel 02 51 56 10 09

www.bibliotheque-lucon.fr