Archives du mot-clé Rendez-vous n’importe où

Rendez-vous n’importe où…

A toutes et tous,
Mesdam’zelles et Messieurs !
Et si dans le flot de cette rentrée, il n’y avait qu’une chose à faire : RETOMBER EN AMOUR !
En 2003, naissait l’album « Rendez-vous n’importe où » aux Editions Thierry Magnier sur un texte que j’avais écrit et dont les illustrations ont été confiées à Ingrid Monchy.

Une semaine de correspondance amoureuse où la météo des jours ressemble à celle des émotions intérieures.

Depuis 3 ans le livre n’est plus édité mais grâce à vous tous, lectrices, lecteurs, amis, connaissances, libraires, bibliothécaires, enseignants, médiateurs du livre qui nous le demandez souvent, nous avons décidé de le faire renaitre !

Pour cela nous lançons une campagne de financement participatif et nous avons besoin de votre soutien : sans lecteurs « Rendez-vous n’importe où » n’existera pas.

Comme vous le savez, la règle est simple sur Ulule, si le montant fixé pour la campagne n’est pas atteint, celle-ci est annulée et les souscripteurs sont remboursés intégralement.
https://fr.ulule.com/rdv-nimporte-ou/

Nous vous avons préparé un cocktail de contreparties.
Alors si l’émotion vous en dit suivez votre premier frisson : n’attendez pas!

Partagez tout autour de vous, à vos proches, amis, voisins, collègues, connaissances,
Merci pour votre soutien.

PS : Peut-être que nous tremblerons un peu comme une feuille…

« Rendez-vous n’importe où », la critique de Noukette

13fev15

« Rendez-vous n’importe où », la critique de Noukette

[…] Un album ô combien précieux a rejoint la bibliothèque de mes indispensables. Un album palpitant et vibrant qu’il faudrait offrir à tous les amoureux du monde. Ceux qui s’bécotent sur les bancs publics, ceux qui s’aiment en silence, ceux qui se cachent ou le crient à la terre entière….

Le talent de Thomas Scotto associé à la poésie de Ingrid Monchy. Magique… Sauf que cet album n’est plus édité et qu’on ne le trouve qu’en bibliothèque. Comme Sables émouvants… Impensable que des textes aussi beaux, aussi lumineux, aussi universels tombent dans l’oubli. Impensable et injuste. Parce que les mots résonnent très fort, encore et toujours. Et parce que ces textes doivent vivre, revivre, plus que jamais. Beaux et atemporels… Tout simplement.[…]

Lire la critique complète sur le site de La bibliothèque de Noukette :
http://aliasnoukette.fr/rendez-vous-nimporte-ou-thomas-sc…