Kodhja

PKodhjarésentations de l’éditeur :
Un jeune garçon s’introduit dans la mystérieuse cité de Kodhja pour y rencontrer le Roi qui, seul, saura répondre à ses questions et apaiser ses doutes. Au fil du labyrinthe de cette ville mouvante et inquiétante, guidé par un enfant malicieux et un brin narquois, il affronte ses peurs, ses colères, ses souvenirs d’enfant et revisite les lieux et émotions qui l’ont construit. Quand arrive le moment tant attendu mais aussi redouté de rencontrer le Roi, le jeune garçon devenu jeune homme décline son invitation à rester dans le royaume retrouvé de l’enfance.

Texte : Thomas SCOTTO
Illustrations Régis LEJONC

Thierry Magnier Albums Jeunesse
octobre 2015 / cm / 48 pages
ISBN 978-2-36474-777-7
prix indicatif : 18.00 €

Lauréat du prix Luciole 2016.

Ce que j’ai dit de Kodhja à sa sortie…

Dans la presse et sur les blogs :

[…]Un livre qui se mérite, où le lecteur est acteur, où il doit en permanence être actif, donner du sens. Un récit initiatique bourré d’implicite et ouvert aux multiples interprétations pour les jeunes lecteurs, c’est rare et précieux. Kodhja, c’est un condensé d’enfance où règnent l’imagination, les hésitations, la colère, les chagrins, les souvenirs, la mémoire. Kodhja, c’est autant d’épreuves à franchir pour continuer sereinement sa route, pour ajouter une nouvelle pierre à notre édifice et « apprendre le reste de la vie ». […]
Rarement texte et dessins auront dégagé une telle osmose, ne cessant de se répondre, de se compléter, de se sublimer.

Lire l’article complet sur le blog « D’une berge à l’autre »

Sublime et atemporel, Kodhja laisse sans voix… Sur l’étagère de mes indispensables, il rejoint mon petit panthéon personnel d’albums précieux… Ces albums rares voués à devenir des classiques tant ils résonnent et marquent au fer rouge. Magnifique métaphore sur ce saut dans le vide qu’est le passage du monde rassurant de l’enfance à celui inconnu et inquiétant de l’âge adulte, Kodhja fascine, nourrit et aide à renaître…
En un mot… INDISPENSABLE…
Lire l’article complet
Dans la bibliothèque de Noukette.

[…]Kodhja, un voyage initiatique magnifique grâce aux mots de Thomas Scotto et aux sublimes illustrations de Régis Lejonc, des couleurs chaudes, douces. Album, bande dessinée? Un peu des deux… Un grand ouvrage où texte et illustrations se répondent, pour nous émouvoir, raviver nos souvenirs. Un album fort et puissant qui nous accompagnera, vous accompagnera longtemps.[...]
Librairie L’Oiseau Lire à Evreux.  Lire l’article en entier sur le site des Librairies Sorcières.
Lire également l’interview croisée Thomas Scotto/Régis Lejonc.

ÉNORME coup de cœur… Un magnifique cadeau à offrir et s’offrir (dès 11/12 ans). Le livre s’appelle Kodhja, son labyrinthe est grand, merveilleux… Imaginé par le poète (je trouve que ce qualificatif lui va bien ^^) Thomas Scotto au texte mystérieux, si juste; et par le talentueux et grand Régis Lejonc aux illustrations charismatiques, profondes. Ce grand livre (il en impose à tous points de vue, ma foi ! ^^) est d’une grande, très grande beauté! […]
La soupe de l’espace. Lire la suite de l’article sur le site des librairies Sorcières.

Lire Kodhja, c’est plonger dans les tréfonds de nos enfances perdues, de nos souvenirs ensommeillés, de nos cauchemars surmontés et de démons vaincus. Lire Kodhja, c’est retrouver cette part de nous à laquelle certains ont un jour renoncé, c’est accepter un instant de plus les drôleries absurdes et les déconvenues déconcertantes. C’est aussi, composer magistralement avec la douleur de l’abandon, en continuant de grandir, encore un peu, nous qui pensions que cette chance-là appartenait à un passé révolu. […]
in Au milieu des livre

[…]Kodhja, c’est un univers en soit, un univers en soi. C’est ce long chemin qui nous mène de l’enfance à l’âge adulte. C’est une métaphore qu’il faut prendre le temps de déguster.
Lire l’article entier sur le blog « Un petit bout de bib ».

[…] L’histoire est suffisamment claire pour qu’on la comprenne et savamment fantastique pour qu’elle nous échappe.[…]
Car Kodhja nous parle de l’enfance, de notre enfance, de ce paradis-forteresse perdu ou délaissé, de nos jeux, de nos perceptions, de nos lectures fondatrices, de nos peurs, de nos souvenirs de « quand on était petit ». 
Kodhja fait remonter en nous, le petit garçon ou  la petite fille , qu’il a ou qu’elle a été. Qui est encore en soi. Qu’on oubliera jamais. Qu’on chérit – ou pas – et dont il faut s’éloigner pour grandir. S’éloigner, mais pas trop. […]
Laurence Gillot. Lire l’article entier sur le blog de L’est républicain

[…] Il est des livres qui amusent, qui plaisent, qui distraient. Kodhja est d’une autre trempe : il vous séduit, vous bouleverse puis vous ramène à votre propre parcours. Les planches y allient synthétisme et grande beauté, tout en nourrissant sans cesse un texte d’une grande précision. Ce conte, à l’invention constante, réussit la gageur d’être un somptueux périple empli d’aventure et un incroyable livre d’adieu (d’hommage ?) à l’enfance.[…]
Lire l’article entier sur le blog Initiales

[…] Et le texte de Thomas Scotto : c’est d’abord une pièce de théâtre, texte brut… sans images prédéfinies. Le grand livre que vous aurez sous les yeux est une BD, ce sont donc les images et leurs enchaînements qui prédominent. Et là, on mesure l’humilité, la confiance de l’écrivain pour l’illustrateur. Dans ce livre, les mots sont de petites touches discrètes qui interrogent, guident les yeux, des petites lumières intérieures.
Images et mots au service l’un de l’autre.
C’est magnifique !
 

Lisa Bienvenu in « Plumes de brigands »

[…] Indissociables tant ils font œuvre, l’écriture de Thomas Scotto, d’une subtilité poignante, aussi puissante dans son génie narratif à l’économie que dans sa capacité à dire le sensible et l’émoi, se conjugue au langage visuel de Régis Lejonc, à la taille de cette entreprise démesurée et intime, passant de l’aridité solaire et pierreuse de la forteresse à la luxuriance irriguée des eaux et jardin, de la distance majestueuse aux apparitions de l’inconscient vers un dépouillement qui laisse toute la place à la révélation, à la déflagration d’advenir, dans le blanc de la vie devant soi. Éblouissant.[…]
Cécile Moulain, in « L’atelier des merveilles ».

[…] Alors que les sociétés occidentales multiplient la segmentation des âges (petite enfance, pré-adolescence, etc) on sait qu’elles ont cessé d’organiser leurs propres rites initiatiques… C’est l’un des rôles, nombreux et cruciaux, que peut tenir, par procuration, la littérature aujourd’hui. Et Kodhja le tient singulièrement… Ce livre offre à son lecteur un récit initiatique dont la densité narrative et la puissance de l’imaginaire en font un futur classique du genre.[…]
Lire la suite sur le blog de Sophie Van der Linden

« […] La plume de Thomas Scotto l’amoureux des mots a croisé les crayons facétieux de Régis Lejonc pour gravir les bulles et les cases du 9e Art. C’est ici un immense cadeau que ces deux artistes touche-à-tout nous font en nous livrant de page en page, de planche en planche, une splendide fable onirique sur fond de voyage initiatique, rendue belle et sublime grâce à un choix (toujours très troublant chez Scotto) de mots dont la poésie inonde et irradie chaque case. »[…]
Lire l’article complet sur le blog de  « Moka au milieu des livres »

[…] Il est des livres qui amusent, qui plaisent, qui distraient. Kodhja est d’une autre trempe: il vous séduit, vous bouleverse puis vous ramène à votre propre parcours. Les planches y allient synthétisme et grande beauté, tout en nourrissant sans cesse un texte d’une grande précision. Ce conte, à l’invention constante, réussit la gageur d’être un somptueux périple empli d’aventure et un incroyable livre d’adieu (d’hommage?) à l’enfance.[…]
Lire l’article complet sur le blog « Le coin de la limule »

« […]Rares sont les livres qui bouleversent autant que cette collaboration inédite entre Thomas Scotto (Dans ma maison) et Régis Lejonc (La Carotte aux étoiles, L’Arbre et l’enfant). Le premier est un auteur jeunesse aguerri qui a déjà fait la preuve à de nombreuses reprises qu’il savait offrir à ses jeunes lecteurs des textes sensibles et profonds. Le second est un des illustrateurs les plus talentueux de sa génération, au style inclassable et à la palette artistique immense. Il le prouve une nouvelle fois ici. Ensemble, ils proposent un ouvrage qu’il est difficile de cataloguer dans les rayons formatés des librairies, cela serait trop réducteur.[…] »
Lire l’article complet sur le site de BoDoï

[…]Un chemin que je vous conseille d’empreinter (non non ce n’est pas une faute d’orthographe…). Prenez votre trousseau de clefs et partez vous « perdre » dans ce labyrinthe mystérieux, si merveilleux de Kodhja. Énorme coup de cœur ! »
Lire l’article en entier sur le blog de « La soupe de l’espace »

Et aussi :
« T’as-tu lu mon p’tit loup », de Denis Cheissoux.