Libres d’être


libres-detre« Vous êtes nées filles.
A aucun moment de votre toute première seconde, je n’ai imaginé que ça pouvait être autre chose qu’un conviction d’égalité »

Un projet partagé avec Cathy Ytak.
Deux textes enchâssés, deux époques différentes, le même questionnement :
celui de l’égalité.

Libres d’être
Thomas Scotto : De fibres entremêlées
Cathy Ytak : Paris 1909, et si ma maison brûle.
Images de Thomas Scotto.

Editions du Pourquoi Pas ?  (diffusion Serendip-livres).

Ce que j’en ai dit à sa sortie

Dans la presse et sur les blogs :

[…] « Libres d’être ». Tout est dit par cette phrase qui résume parfaitement le message de ce petit livre contenant deux textes intercalés, alternés, poétiques, interprétés en écho par deux virtuoses Cathy Ytak et Thomas Scotto. Deux textes d’une grande justesse, d’une grande sincérité, d’une grande perspicacité, d’une grande force, d’une grande profondeur. Deux textes engagés, vibrants d’émotion, portés par les mots mûrs, ciselés, exquis, choisis avec soin et finesse. Avec tendresse aussi, pour nous, les filles d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Deux textes qui racontent, qui partagent, qui questionnent, qui étonnent, qui expliquent… Qui lancent un défi, qui font tomber les masques, qui appellent les choses par leur nom, qui redonnent l’espoir, qui revendiquent sans compromis la LIBERTÉ, l’ÉGALITÉ et la LAÏCITÉ.
[…]
Un ouvrage inspiré et précieux, appuyé par les beaux collages symboliques de Thomas Scotto, publié par la formidable maison d’édition Du Pourquoi Pas? […]
Lire la critique complète sur le site  de Balad’en page

« […] Drôle d’objet poétique et politique que ce Libres d’être… Mais terriblement intrigant. Thomas Scotto et Cathy Ytak entremêlent deux textes écrits à la première personne : celui de ce père de famille, De fibres entremêlées, qui se demande quel avenir est réservé à ses filles, et celui de cette femme, féministe : Paris, 1909 qui râle contre son corset et cette société corsetée et ne demande qu’à garder le contrôle de sa vie. […]
L’écriture est fluide, limpide, musicale par moment. Thomas Scotto complète ce joli tableau par des illustrations épurées et classieuses : il joue avec les textes, collages et recrée un univers très « Belle Époque », totalement en phase avec Paris, 1909.
Ces textes féministes nous interpellent, nous interrogent et nous incitent à ne pas nous soumettre…

Un très beau texte engagé, à mettre entre les mains des filles (et des garçons) ! »
Lire la critique complète sur le blog de « La mare aux mots ».

[…] »Libres d’être » est un récit très poétique, une incantation, une vision : lisez ce père au bord du rire, au bord des larmes, au bord de cette autre vie qui s’annonce, pour ses filles toutes de désirs vêtues, cherchant ce qu’il faut retenir, ce qu’il faut laisser partir, et finalement, ébloui d’amour, au milieu de la fragilité des cartons. »[…]
Jo Hoestlandt. Lire la critique complète sur son blog.

La bande-annonce de Libres d’être


Thomas Scotto : De fibres entremêlées
Cathy Ytak : Paris 1909, et si ma maison brûle.
Images de Thomas Scotto.