Nouveauté, nouveauté, nouveauté !

Après « La vie encore » et « Comme un sourire qui flotte »
c’est maintenant :  Libre d’être

libresthomas

Un projet partagé avec Cathy Ytak.
Deux textes enchâssés, deux époques différentes, le même questionnement :
celui de l’égalité.

Alors c’est une voix d’homme, de père d’aujourd’hui.
Un tremblement pour ses filles…

« Parce que la rage s’est imposée, même pas enfantée de mes cauchemars prévus.
Elle, celle-là, Elle, je l’aurai apprivoisée.
D’un coup d’oreiller, renvoyée dans ses cordes.
Non, c’est une rage de plus loin, d’images abreuvées, de parole libérée mais sans filtre, de réflexions sauvages et de mauvais regards surpris dans les rues, de dégout, de malaise, les petites violences quotidiennes, les humiliations entendues si souvent quand une éducation familiale m’avait emmené si loin, à mille lieues du sexisme conquérant…
Alors c’est la rage de ce que je ne comprends pas, de ce qui ne peut s’imprimer ni dans mon corps, ni dans mon cerveau, cette impression d’impuissance face aux habitudes des lâches et l’acharnement.
Celui d’un sexe autoproclamé pour écraser l’autre. »

Et c’est une colère de femme, en 1909.
Une voix pour son indépendance.

« Et moi j’étouffe, j’étouffe, maudit corset, maudit siècle.
Je ne me mettrai pas à genoux ! Je crains aujourd’hui davantage la bêtise des vivants que les foudres de l’enfer.
Ah… s’ils pouvaient rester chez eux à s’occuper de leurs affaires avec ceux et celles qui le désirent en leur âme et conscience, et qu’ils cessaient enfin d’imposer leur vision du monde à ceux qui n’en veulent pas !
Et qu’ils arrêtent de décider de tout à la place des femmes, quand il serait temps, pour eux, de penser avec elles en bonne intelligence… »

Puis le père, à nouveau…
«Alors, peut-être est-ce vous qui avez raison.
De ne pas trembler, de ne pas douter d’une grande égalité à venir.
Comme le calme sourit toujours à la douce heure. »

Ici, il n’y a aucune réponse,
seulement des convictions.

Libres d’être
De fibres entremêlées, Thomas Scotto
Paris 1909, Et si ma maison brûle, Cathy Ytak
Images Thomas Scotto.
Editions du Pourquoi pas ?

Bande-annonce de Libres d’être

Crédit photo. T.S
Sculpture Carole Chaix.

Lectures à Lectoure (Gers), 2 et 3 juillet 2016

A voix haute…
cela s’appelle Lectoure à voix haute.
Et si c’est une première pour moi,
c’est une grande seconde fois pour eux !
Tout un programme de lectures, bien sûr, de rencontres, de musique…

roussillon

Samedi 2 juillet à 14h30
J’aurai, pour l’occasion, le plaisir de retrouver le texte de l’amie Cathy Ytak
« 50 minutes avec toi » (Coll. d’une seule voix, Actes Sud Junior)

« Tout s’est passé trop vite.
Je suis entré dans la pièce , je t’ai parlé, et t’es tombé. »

Des mots tout en force et en lumière.
En cris d’alarme et d’autres plus amoureux.
Un monologue dont on ne sort pas indemne mais grandi.

(En présence de l’auteure… comme il est bon et souriant de préciser !)

Dimanche 3 juillet à 15h :
Ce sera la lecture théâtralisée de « Kodhja » (Editions Thierry Magnier)
qui sera interprétée par des lycéens et mis en scène par Matthieu Régnaut, de la troupe des commissaires, suivie d’une rencontre autour du livre.
Kodhja

A voix haute et en littérature
on fera du cadeau…
Lectoure à Voix haute, programme 2016.

L’après d’album

Après l’album… c’est encore l’album…
mais habillé d’un autre costume, d’une autre musique…
celui d’une lecture dessinée.
La performance de Régis Lejonc aux crayons et aux calques,
sa plongée graphique dans l’histoire…
Et puis le texte. Celui d’origine, entièrement.

« À sa grande surprise, personne ne l’accueille, personne ne lui barre le passage.
Aucun garde, aucune vigie, ni sentinelle armée pour faire le guet.
Alors, c’est entouré de silence que le garçon fait son premier pas dans…  Kodhja. »

kodhja-pernes
Créee aux Escales du Livre de Bordeaux (Merci à Monique Laxalt !)
Cette lecture est bien décidée à faire le Tour du monde !
Et bien sûr….
Evidemment…
Bien entendu…
qu’un Tour du monde commence à Pernes-Les-Fontaines !

Sans labyrinthe et droit au coeur
nous avons hâte de vous y retrouver…

Médiathèque de Pernes-les-fontaines (Vaucluse).
Samedi 18 juin, à 21 heures.
Grains de lire, Les Nomades du livre.

C’était intense. C’était beau…

« C’était intense. C’était beau. C’était important »…
Stéphanie dit ces mots-là et,
ils sont une évidence.
Elle dit mieux que moi son chemin pour me faire venir.
Depuis plus d’un an…
Je rajoute la force de son enthousiasme à soulever les montagnes Suisse. Tous les enfants rencontrés avaient baigné dans mes livres longtemps avant ma venue.
Je rajoute qu’elle a fait naître quelque chose d’épatant et qui « risque » de durer, recommencer encore !!
Je dis aux prochaines et aux prochains qui seront contactés……….. FONCEZ à Oron !

Au moment de l’aéroport du retour, comme souvent entre deux rencontres, comme cette après midi de dédicaces…nous nous sommes regardés, nous avons laissé toute la place à l’émotion partagée parce que, oui, « C’était intense. C’était beau. C’était important »…
Merci et merci Stéphanie (Nicolas, Liam) pour ces jours faciles et tellement souriants. C’est exactement comme ça que vit la littérature jeunesse. Considérée.

scotto-oronhttp://loup-y-es-tu.ch/thomas-scotto/

Rencontres en Suisse, du 8 au 11 juin 2016

Souvent, la ténacité est une alliée importante dans la naissance des beaux projets.
Là… je dois cette semaine en Suisse à celle de Stéphanie BK (un raccourci d’initiales pour un plus grand nom!).
Je me rappelle d’un enthousiasme débordant au Salon de Saint-Paul-Trois-Châteaux…
d’une discussion sur plusieurs jours autour des livres…
Et puis cette même énergie à chaque retrouvailles.
Alors, au détour d’un salon, Stéphanie a lancé il y a un an : « Et venir en Suisse….? »
Jamais je n’ai pensé que ça en resterait là !

Et nous voilà…
pour des rencontres mercredi 8, jeudi 9  et vendredi 10 juin avec les classes de l’établissement scolaire d’Oron-Palézieux…
pour des dédicaces, mercredi, à la librairie du Midi, chez Marie Musy, la spécialiste en auteur Américain, ça tombe bien !
pour des lectures à la bibliothèque Municipale de Pully (chapeautée par Nicolas Derron), jeudi en fin d’après-midi,
pour des ateliers samedi avec les enfants du groupe « loup y es-tu ? »… celui de Stéphanie (quand même !).

Autant dire… un feu d’artifice !
Alors oui… je crois fort en la ténacité !

librairie-oron
Et ce que j’en ai dit à mon retour….