Archives de l’auteur : Thomas

21-27 juillet 2020 « Côté cours côté jardins »

Des lectures partagées à Avignon et Carpentras…

Avec l’association Grains de Lire de Carpentras, je peux bien le dire…
c’est une histoire d’amour !
Cette année encore et « malgré tout », le programme de Côté cours, côté jardins est de toute beauté.

J’y retrouverai les amies Hélène Delbart, Joanna Concejo, Ramona Badescu, Raphaële Frier, Myriam Drosne, Pascale Breysse, et amis Régis Lejonc, Arno Célérier, Marc Daniau, Benoit Guillaume, Thibault Delbart pour des lectures partagées.


Le 21 juillet 2020 au théâtre l’Isle80, Avignon :

– 19h : Lecture musicale et dessinée de « Rendez-vous n’importe où » avec Hélène Delbart, Joanna Concejo. Musique de Thibault Delbart.
– 20h : Lecture et performance lumineuse de « Poèmes de Roches et de brumes »,
de Carl Norac, ed. Le port à Jauni avec Arno Célérier.


Le 22 juillet 2020 à la salle de la Chapelle, Aubignan :

– 18h30 : Lecture musicale et dessinée de « Rendez-vous n’importe où » avec Hélène Delbart, Joanna Concejo. Musique de Thibault Delbart.
– 19h : Lecture et performance lumineuse de « Poèmes de Roches et de brumes », de Carl Norac, ed. Le port à Jauni avec Arno Célérier.


Le 23 juillet 2020 à l’Isle80, Avignon :

– 19h30 : Lecture dessinée de « Kodhja » avec Régis Lejonc (Ed. T.Magnier).


Le 25 juillet 2020 devant la librairie de l’Horloge, Carpentras :

15h.  Une surprise d’images et de mots. Pour penser à l’ami Franck Prévot.
Avec Joanna Concejo, Marc Daniau, Pascale Breysse.


Le 27 juillet 2020 au théâtre l’Isle80, Avignon :

– 11h et 19h30 : Lecture Vidéo « Par le temps qui court » avec Laetitia Daleme. Musique de Thibault Delbart.


Télécharger le programme !

Tout est sur réservation

Informations complémentaire au 06 20 22 26 91
graindelire-crilj84@gmail.com


Réponse du Berger à la Bergère, la Mare aux mots.

Il fallait bien toute la ténacité de Gabriel Lucas du site La Mare aux mots pour
que je me lance enfin dans cet échange proposé.
3 questions à poser à la personne de mon choix.
J’ai pensé aussitôt à Françoiz Breut.
Parce qu’au détour de sa voix, de sa musique… il y a ses images qui m’ont toujours emporté.
Elle a dit « oui » et je l’en remercie… à la renverse.

Faire peau neuve…

Faire peau neuve…
C’est entrer dans un nouveau décor.
Changer de costume et se ressembler un peu plus.

Faire peau neuve, c’est grandir encore.
Mon site s’éclaircit et se complète donc avec :

• Des galeries d’images où se promener.
• Derrière chaque couverture de livres (Albums, Jeunesse, Ados),
une présentation affective et les Revues de presse.
• Les dossiers de mes lectures publiques à télécharger,
lecture dansée, dessinée, scénographiée, partagées…
• Des liens vers mes lectures enregistrées.
• Une « Boutik » où il est maintenant possible d’acheter directement :
Cartes postales, ricochets, livres et revue
tout peut se glisser dans votre panier ! 

Et d’autres choses à découvrir en déambulant.
Tout cela orchestré par Cathy Ytak que je remercie pour sa ténacité !

Dans un brouillard de poche, nouveauté…

Portraits au filtre des écrans.

« Alors, je vais participer encore un peu à l’hypnose collective.
Je vais me laisser étourdir, fasciner, diriger, suffoquer, embellir, piller,
bouleverser, fleurir, grandir, encolérer, régurgiter,
enrichir, rouiller, nourrir, intoxiquer, divertir, rassurer, profiter,
absorber, approfondir, douter, devenir…
et je me débrancherai, à temps. »
Je voulais un éventail de voix différentes pour évoquer les écrans de nos vies.
Nos vies dans les écrans. La multitude des écrans.
Des merveilles de technologie et ce que nous en faisons…

Que ce soit pour la visibilité à tout prix, le tout immédiat, le tout en direct, l’envie des
belles nouvelles et la peur des complots, la gloire du selfie, le précieux des
distances abolies, ce qui se joue au lycée, en concert, le cyber harcèlement et le terrain vague de nos réseaux sociaux, les amours facilitées, la photo volée, le panneau lumineux,
l’impunité de parole de nos grands dirigeants, le regard des parents et le futur déjà
en route…
Du garçon de 6 ans à la femme de 85 ans, ces portraits sont autant de témoignages,
de constats que de points d’interrogation.
En textes courts… (Saurais-je un jour faire autrement !), ne pas être exhaustif,
ne pas être que négatif, fuir les clichés mais dire les échos de nos vies réinventées.
Nous qui sommes déjà de l’autre côté du miroir…

Après « Mille et une miettes » c’est une nouvelle collaboration avec Madeleine Pereira
dont j’aime terriblement la manière de croquer les visages, les attitudes et nos corps
de travers.

C’est une nouvelle aventure avec les Éditions du Pourquoi Pas? que je remercie tellement
pour le travail jusqu’au-boutiste et précieux, pour la confiance et les engagements.
Des “enragés de douceur ” qui m’offrent la possibilité de voir plus loin.

Dans un brouillard de poche, portraits au filtre des écrans.
Auteur : Thomas Scotto
Illustratrice : Madeleine Pereira
Editions du Pourquoi pas ?

 

Dans un brouillard de poche, revue de presse

Revue de presse pour “Dans un brouillard de poche, portraits au filtre des écrans”
(éditions du Pourquoi pas), avec des articles de La bibliothèque de Noukette, D’une berge à l’autre, Le monde de Mirontaine, Plumes de brigands

[…]Thomas Scotto se pose là et observe. Une suite d’instantanés, quelques clichés pris à la volée pour capturer ces regards qui se perdent, ces silences qui s’installent et ces mots que l’on n’échange plus. Des petits bouts de vies qui nous rappellent fatalement la nôtre et laissent parfois un petit goût amer. En parlant de lui et de ceux qu’il observe, Thomas Scotto se garde bien de juger. Ces images qui nous submergent font partie de notre quotidien. Elle fascinent, hypnotisent. On les cherche, on les subit parfois. Elles s’invitent dans notre intimité, accompagnent nos gestes les plus banals, prennent une place qui n’est pas la leur. Elles se déversent de façon inquiétante comme autant de nouvelles, bonnes ou mauvaises. Elles pallient au manque, placebo ou simple tout de passe-passe pour supporter l’absence…
[…]Madeleine Pereira donne corps à ces hommes, ces femmes, ces adolescents, ces enfants… dont la vie est filtrée par les écrans. Autant de propositions qui questionnent notre rapport à l’image et au monde. Une vraie force qui donne un poids à toutes ces voix qui nous ressemblent…[…]
Lire l’article en entier sur le blog de Noukette

[…]Les textes ne donnent pas dans l’argumentation véhémente, Thomas Scotto ne fonce pas tête baissée, il avance en finesse, croque des instants, des réflexions, des attitudes. Il varie les thèmes, les âges, les sexes et les discours. Chaque situation invite à la réflexion sans donner de leçon, expose un point de vue sans émettre de jugement.[…]
Au final, les faits se suffisent à eux-mêmes, pas besoin d’enfiler de gros sabots pour faire passer le message. D’ailleurs le procès n’est pas uniquement à charge, la technologie a aussi ses atouts, ses avantages, ses bons côtés. Et « on ne doit pas refuser ce qui fera un plus grand futur commun. » Une pépite jeunesse aussi pertinente qu’intelligente. […]
Lire l’artice en entier sur le blog « D’une berge à l’autre »

[…]Thomas Scotto fait le portrait d’une société composée de gens qui vivent au milieu des images et des outils qui les diffusent, questionnant ainsi notre rapport à l’autre, quand il est en face de nous ou loin.
Sans juger, en constatant de manière sensible un certain rapport au monde.[…]
Lire l’article complet de Lisa Bienvenu sur son blog « Plumes de brigands »

[…]Il est question du temps passé face à la télévision « un petit ressort de temps semble compter en direct des minutes aussi douloureuses qu’une averse d’aiguilles. » Dans le premier texte, on apprend que des gens vivent et meurent dans la télévision aussi facilement que ça.[…]
La littérature de jeunesse dit le regard de l’auteur, traversé par ses propres peurs et obsessions grâce au don de poésie et sa dimension[…]
Chaque histoire évoque la violence sous-jacente du monde virtuel. On entend la colère, la voix des femmes, la prise de pouvoir […] parole n’est plus moquée mais entendue. Ce livre rompt le silence habilement au travers les histoires des autres. […]
L’auteur est en surplomb, il ne dénonce pas ni ne juge. Thomas Scotto fait d’un constat un moment ludique et le tout est sublimé par les illustrations réalistes de nos imperfections signées Madeleine Pereira.[…]
Lire l’article complet sur le blog Le monde de mirontaine

DANS UN BROUILLARD DE POCHE, portraits au filtre des écrans
Auteur : Thomas Scotto
Illustrations de Madeleine Pereira
Editions du Pourquoi pas ? (diffusion Serendip)
www.editionsdupourquoipas.com
Sortie 7 Février 2020.
format : 150 / 190 cm. Nombre de pages : 64
prix : 9.50 €
ISBN : 979-10-92353-57-0

à l’heure de la (petite) histoire…

On ne va pas se mentir,
je sais que vous êtes chez vous…

C’est écrit en gros, un peu partout,
C’est déjà inscrit dans notre corps.
C’est inédit.

Un écho cynique à toutes nos sciences fictions.

Certains travaillent de chez eux, certaines se déplacent encore,
Certains ont des enfants à la maison, d’autres les ont en skype…
Les jours sont au compte goutte et chacun fait comme il peut.
Chacun se retrouve face à soi, surtout…
De quoi revoir l’essentiel de nos priorités.

Alors on fait ce qu’on aime faire. Le temps permet de se rattraper.
Je vous propose quelques histoires lues !
Des lectures enregistrées et mises en musique par Radio Asso (82) il y a quelques années.

Nouvelles pour ados et titres de la collection « petite poche »…
De tout cœur avec vous.

Entre les lignes, nouveauté !

livre entre les lignes

Entre les lignes…

C’est au tout début une résidence d’écriture et de mise en voix initiée par la Communauté de Communes de l’Ernée, en Mayenne.
Une résidence partagée avec Benoît Broyart.
Pour le plaisir des mots de l’autre, pour la sensibilité en commun, pour un chemin d’écriture de quelques années déjà…

Au tout début, nous avons cela… la décision de Clarisse Gougeon de nous réunir et celle d’une équipe pour nous faire confiance.

En partant de rien, d’aucune trame, d’aucun projet d’histoire, il y a donc eu des jours d’échanges avec benoît… Autour de ce qui nous pousse à écrire et de ce qui pourrait nous faire arrêter tout autant. Ces grands écarts d’émotions entre les petites batailles quotidiennes et lasses pour qu’un texte voie le jour et ce que le livre procure aux lecteurs qu’il touche. Cette même histoire refusée dix fois, publiée finalement et dont on nous parle des années encore après sa disparition. Ces difficultés d’éditions et ce rapport marchand qui ne peut que nous échapper puisque nous gagnons si peu.

Après plus de vingt ans de publications, il y a toujours les mots, l’envie de dire et, sans angélisme, la certitude de savoir à qui nous le devons.
À nous, bien sûr… mais surtout celles et ceux qui nous lisent, nous écoutent, nous partagent et nous font confiance.

Entre les lignes…

Ce sont plusieurs rencontres, plusieurs moments de lectures avec une classe du lycée de Rochefeuille autour de notre projet et un travail de mise en voix avec Caroline Girard de la compagnie « la Liseuse ». C’est la présence des bibliothécaires de l’Ernée et des libraires de Laval.

Entre les lignes…
C’est aujourd’hui un livre.

Un livre sans éditeur très connu. Une publication pour aller jusqu’au bout de ce en quoi nous croyons : le partage des mots.

« Deux auteurs s’interrogent sur leur rapport à l’écriture et à l’enfance. Quels ont été pour eux les déclencheurs de l’écriture ? Quelles images fortes ? À quel moment Thomas Scotto et Benoît Broyart ont-ils décidé d’agencer des mots pour fabriquer des histoires ? Pour quelles raisons ? Qu’est-ce qui les pousse encore aujourd’hui à poursuivre un chemin entamé depuis une vingtaine d’années déjà ? Thomas questionne les textes de Benoît et vice versa. Le résultat est cet ensemble de textes courts où chacun utilise les mots de l’autre comme tremplin à sa propre création. »