Archives de catégorie : Actualités éditoriales

Le Trio en résidence à Saint-Gaudens

Dans le cadre du Parcours Laïque et Citoyen du conseil départemental de la Haute-Garonne et accompagné de Fabienne Abadie du CADP, L’Atelier du Trio s’installe à Saint-Gaudens (31) du 9 au 12 mars 2021.
Aspet, Montesquieu Volvestre, Saint-Gaudens… il est prévu quelques kilomètres pour Lire à voix haute !
Les 9 et 10 mars nous proposerons notre lecture de « Va te changer ! » (éd du Pourquoi pas) à des élèves de troisième.
Les 11 et 12 mars nous rencontrerons chacun des élèves d’écoles élémentaires.

Le Trio à Luçon, janvier 2021

Une fois n’est décidément pas coutume…
Le Trio aime se réunir !
Cette fois-ci, c’est à l’initiative d’Amandine Richard et de la Médiathèque Pierre Ménauteau de Luçon (85).

Le 22 janvier, à la rencontre d’une classe de seconde du lycée Atlantique.

Il y sera forcément question de lecture à voix haute, de « Va te changer » (éd. du Pourquoi Pas) écrit à six mains et de l’importance de « dire ».

Molly Sanderson, un livre d’art !

Affiche Moilkan est un duo.
Élise Calame, illustratrice et Steve Seiler, typographe.
Tous deux rencontrés aux si fraternelles Estivales de l’illustration de Sarrant, en 2019.
Tous deux dans une énergie de création qui transporte.
Pendant trois jours, avec les autres « élèves » de leur Master class nous avons joué
de lettres et de gouges. Et, dans leur atelier improvisé de cet été-là, tout a été facile.
Pour certains, « transmettre » est un prolongement de l’épiderme.
Entre humour et délicatesse, tous deux en sont la balance parfaite.

Alors, je ne sais plus quel jour exact est tombée cette grande proposition d’un projet partagé… mais c’était forcément pile à l’endroit de l’émotion.
Mon grand-père paternel était typographe… la linogravure me donne des frissons…
On doit pouvoir parler d’un alignement d’étoiles…

© Affiche Moilkan

Molly Sanderson est donc né des linogravures d’Elise.
« Taches d’encre et silhouettes familières créent des paysages imaginaires »

Molly Sanderson est une édition réalisée en linogravure et typographie traditionnelle,
non reliée, format 25×31 cm, 16 pages, 50 exemplaires.
Molly Sanderson est une manière de cadeau sur le chemin de l’écriture.

Texte : Thomas Scotto
llustrations Élise Calame
Typographie Steve Seiler
Editions Affiche Moilkan

6 exemplaires disponibles dans la Boutik !
50 € + 6,50 € de frais de port.

Même mon prénom est une chanson… Nouveauté

Franchement, Lili, j’te comprends pas. Tu vois, y feraient dans la politique ou dans les pompes funèbres des morts, à la rigueur… tiens, ils seraient kidnappeurs de bébés pandas, j’dis pas, mais là…(…) Je te jure, j’te comprends pas. Ils font un métier très chouette quand même ! »

Même mon prénom est une chanson.
C’est un titre long pour un petit roman.
Et ça faisait un « petit » moment que je n’avais pas écrit pour les plus jeunes.
Ce texte, comme beaucoup d’autres, date d’il y a longtemps.
Refusé, mis de côté, publié aujourd’hui.
À croire qu’elles sont parfois compliquées à naître, les histoires simples.

Les parents de Lili sont chanteurs.
Pas chanteurs du moment…
Chanteurs à l’ancienne. Chanteurs de mariage.
Alors, même accompagnée de sa copine Flavie qui, elle, trouve ça extra,
ce week-end de cérémonie, est peut-être celui de trop pour Lili.

« -Moi, la honte, je l’avais quand mon père venait me chercher juste devant l’école dans son habit de boucher… avec le tablier tout sanglant et l’odeur de bifteck. Là, oui, j’aurais préféré qu’il travaille dans le brocoli ! »

Peut-être que je me suis un peu moqué des chansons de mes parents…
Peut-être qu’à 15 ans, déjà, j’écoutais pourtant des chansons de « vieux »…
Peut-être qu’elles m’ont tracé des chemins solides pour ne pas avoir peur de vieillir…
puisqu’en 3’12 tout est dit de la vie.
Ce qui est sûr, pour mes 20 ans, les parents de Flavie sont venus chanter pour moi…
et ça j’en garde toute une histoire !


Même mon prénom est une chanson vient de sortir dans la collection
« Lecture Solo » d’Actes Sud Junior.
Il est écrit très gros, fabriqué en France et illustré par Walter Glassof.
Entre humour et moments de partages importants…
Je vous souhaite une belle écoute à l’heure des petites hontes de nos enfances !

Même mon prénom est une chanson
Texte Thomas Scotto
Illustrations Walter Glassof
Editions Actes Sud, collection “Lecture Solo”
A partir de 6 ans.


Réponse du Berger à la Bergère, la Mare aux mots.

Il fallait bien toute la ténacité de Gabriel Lucas du site La Mare aux mots pour
que je me lance enfin dans cet échange proposé.
3 questions à poser à la personne de mon choix.
J’ai pensé aussitôt à Françoiz Breut.
Parce qu’au détour de sa voix, de sa musique… il y a ses images qui m’ont toujours emporté.
Elle a dit « oui » et je l’en remercie… à la renverse.

Faire peau neuve…

Faire peau neuve…
C’est entrer dans un nouveau décor.
Changer de costume et se ressembler un peu plus.

Faire peau neuve, c’est grandir encore.
Mon site s’éclaircit et se complète donc avec :

• Des galeries d’images où se promener.
• Derrière chaque couverture de livres (Albums, Jeunesse, Ados),
une présentation affective et les Revues de presse.
• Les dossiers de mes lectures publiques à télécharger,
lecture dansée, dessinée, scénographiée, partagées…
• Des liens vers mes lectures enregistrées.
• Une « Boutik » où il est maintenant possible d’acheter directement :
Cartes postales, ricochets, livres et revue
tout peut se glisser dans votre panier ! 

Et d’autres choses à découvrir en déambulant.
Tout cela orchestré par Cathy Ytak que je remercie pour sa ténacité !

Dans un brouillard de poche, nouveauté…

Portraits au filtre des écrans.

« Alors, je vais participer encore un peu à l’hypnose collective.
Je vais me laisser étourdir, fasciner, diriger, suffoquer, embellir, piller,
bouleverser, fleurir, grandir, encolérer, régurgiter,
enrichir, rouiller, nourrir, intoxiquer, divertir, rassurer, profiter,
absorber, approfondir, douter, devenir…
et je me débrancherai, à temps. »
Je voulais un éventail de voix différentes pour évoquer les écrans de nos vies.
Nos vies dans les écrans. La multitude des écrans.
Des merveilles de technologie et ce que nous en faisons…

Que ce soit pour la visibilité à tout prix, le tout immédiat, le tout en direct, l’envie des
belles nouvelles et la peur des complots, la gloire du selfie, le précieux des
distances abolies, ce qui se joue au lycée, en concert, le cyber harcèlement et le terrain vague de nos réseaux sociaux, les amours facilitées, la photo volée, le panneau lumineux,
l’impunité de parole de nos grands dirigeants, le regard des parents et le futur déjà
en route…
Du garçon de 6 ans à la femme de 85 ans, ces portraits sont autant de témoignages,
de constats que de points d’interrogation.
En textes courts… (Saurais-je un jour faire autrement !), ne pas être exhaustif,
ne pas être que négatif, fuir les clichés mais dire les échos de nos vies réinventées.
Nous qui sommes déjà de l’autre côté du miroir…

Après « Mille et une miettes » c’est une nouvelle collaboration avec Madeleine Pereira
dont j’aime terriblement la manière de croquer les visages, les attitudes et nos corps
de travers.

C’est une nouvelle aventure avec les Éditions du Pourquoi Pas? que je remercie tellement
pour le travail jusqu’au-boutiste et précieux, pour la confiance et les engagements.
Des “enragés de douceur ” qui m’offrent la possibilité de voir plus loin.

Dans un brouillard de poche, portraits au filtre des écrans.
Auteur : Thomas Scotto
Illustratrice : Madeleine Pereira
Editions du Pourquoi pas ?