Archives par étiquette : madeleine pereira

Dans un brouillard de poche, nouveauté…

Portraits au filtre des écrans.

« Alors, je vais participer encore un peu à l’hypnose collective.
Je vais me laisser étourdir, fasciner, diriger, suffoquer, embellir, piller,
bouleverser, fleurir, grandir, encolérer, régurgiter,
enrichir, rouiller, nourrir, intoxiquer, divertir, rassurer, profiter,
absorber, approfondir, douter, devenir…
et je me débrancherai, à temps. »
Je voulais un éventail de voix différentes pour évoquer les écrans de nos vies.
Nos vies dans les écrans. La multitude des écrans.
Des merveilles de technologie et ce que nous en faisons…

Que ce soit pour la visibilité à tout prix, le tout immédiat, le tout en direct, l’envie des
belles nouvelles et la peur des complots, la gloire du selfie, le précieux des
distances abolies, ce qui se joue au lycée, en concert, le cyber harcèlement et le terrain vague de nos réseaux sociaux, les amours facilitées, la photo volée, le panneau lumineux,
l’impunité de parole de nos grands dirigeants, le regard des parents et le futur déjà
en route…
Du garçon de 6 ans à la femme de 85 ans, ces portraits sont autant de témoignages,
de constats que de points d’interrogation.
En textes courts… (Saurais-je un jour faire autrement !), ne pas être exhaustif,
ne pas être que négatif, fuir les clichés mais dire les échos de nos vies réinventées.
Nous qui sommes déjà de l’autre côté du miroir…

Après « Mille et une miettes » c’est une nouvelle collaboration avec Madeleine Pereira
dont j’aime terriblement la manière de croquer les visages, les attitudes et nos corps
de travers.

C’est une nouvelle aventure avec les Éditions du Pourquoi Pas? que je remercie tellement
pour le travail jusqu’au-boutiste et précieux, pour la confiance et les engagements.
Des “enragés de douceur ” qui m’offrent la possibilité de voir plus loin.

Dans un brouillard de poche, portraits au filtre des écrans.
Auteur : Thomas Scotto
Illustratrice : Madeleine Pereira
Editions du Pourquoi pas ?

 

Mille et une miettes… Nouveauté

« Est-ce que je serai le bienvenu chez vous…
Est-ce que je serai le bienvenu c’est tout… »
Debout sur le Zinc, Lampedusa.

Après La vie encore, Comme un sourire qui flotte, Vivre Livre et Libres d’être
Le chemin avec les Pourquoi Pas s’étoffe d’un nouveau caillou.
Et je pourrais commencer par ma phrase préférée :
“J’ai d’abord refusé…”

Pourtant ce projet, initié par les Editions du Pourquoi pas, était une évidence…
Le texte est né des dessins postés par Carole Chaix, Judith Gueyfier, Marielle Durand sur le site d’Encrages. Des dessins de terrain pour les actions menées avec l’association,
des dessins de rencontres, de partages et d’indignations. Plusieurs croquis visibles pour tant d’autres offerts sur place aux familles réfugiées et aux mineurs rencontrés.

Et l’évidence fait énormément douter.
C’est toute l’histoire de la légitimité.

Alors, pour dire l’incompréhension et la révolte face à l’accueil honteux fait aux
réfugiés depuis des années, il y a eu l’envie et la confiance des Editions du Pourquoi Pas d’en parler, et l’énergie d’Encrages, dont je fais partie depuis décembre 2016, pour m’aider à trouver les mots.

« Est-ce que t’as oublié des choses d’avant ?
Est-ce qu’il y a des choses que tu garderas toujours bien cachées sous ta peau ? Je sais pas…un paysage…une odeur…un tout petit bruit comme un chant d’oiseau ou un son perçant qui fait mal. Qu’est-ce qui empêche de se taper la tête contre les murs ? […] Ce que je veux dire c’est : comment tu arrives encore à faire d’aussi grands sourires ? »

Dans sa vie de tous les jours… auprès de ses parents nouvellement séparés… de sa mère dessinante et militante… Mila est confrontée à l’accueil clandestin de Daoud, un
mineur isolé, une miette parmi les miettes…
Derrière chacun, d’ici et de partout, il y a une histoire entière.

Les illustrations sont de Madeleine Pereira. Comme deux moments de carnets dessinés.
Des visages, des regards, des sourires et des corps, des corps en lutte, des corps en attente, des corps qui se rassemblent, la foule des manifestations et la violence. Les voix qui percent chaque crayonné, les couleurs et tellement d’humanité dans ces dessins-là.

Merci…

Alors « Ne rien lâcher ! », c’est un mot d’ordre.
Sur le terrain, les associations font énormément.
Il est possible, ici, de soutenir les actions d’Encrages et des associations amies.

Mes droits d’auteur sur ce livre seront intégralement reversés à Encrages.

Mille et une miettes
Texte Thomas Scotto
Illustrations Madeleine Pereira
Editions du Pourquoi pas.
Septembre 2018.